MAISA, votre concessionnaire Deutz-Fahr et Same dans l’Indre et Loire (37), le Maine et Loire (49), la Sarthe (72) et la Vienne (86).
Contact par email
Contact par email
02 41 40 25 30

Roadshow plutôt que salon ? Deutz-Fahr a tranché

Lens était la 6e étape du roadshow Fahrmer Festival 2023 de Deutz-Fahr sur les 9 organisées dans l’Hexagone. Le succès rencontré par la journée conforte le constructeur dans son choix de présenter ses nouveautés par le biais de journées terrain en appui de son réseau de concessionnaires.

 

La caravane du roadshow Deutz-Fahr s’est arrêtée mercredi 3 mai à Lens (Pas-de-Calais) au stade de football Bollaert. L’occasion pour les agriculteurs de venir découvrir les derniers-nés de la gamme de tracteurs de la marque. Autant dire que l’étape est un succès pour le constructeur, qui a réuni environ 650 agriculteurs sous le soleil lensois. Agriculteurs mais aussi étudiants au lycée agricole du Paraclet dans la Somme ont fait le déplacement.

Les partenaires de la marque, les pneumatiques France Pneu Sélection, les chargeurs Stoll et la chambre d’agriculture, proposaient différents ateliers pour présenter leurs produits. Et pour apporter la touche détente, les participants pouvaient aussi montrer leur capacité de tireur grâce au ball-trap électronique. Outre la présentation technique des tracteurs, la marque mise également sur la convivialité.

Différents ateliers étaient disponibles dont le ball-trap électronique où sont venus les agriculteurs pour afficher eux-aussi leur précision de tir. (©Terre-net Média)

 

Selon Nicolas Bedrune, responsable marketing France de la marque : « La marque mise plutôt sur ce type d’événement terrain que sur la moquette des salons. Outre le coût plus raisonnable, la prise de contacts est aussi plus qualitative ! Certes, la période est intense en matière de travail mais c’est un plaisir de rencontrer les agriculteurs. » Certains viennent parfois d’assez loin et ont fait jusqu’à 2h30 de route. Preuve de leur intérêt pour la marque !

Le défilé des nouveautés suivi de cascades

Pour démarrer l’événement, place au défilé des tracteurs dont la puissance s’étale de 50 à 340 ch. « Il y en a pour tous les profils. Quand il est face à un problème, il suffit à l’agriculteur de nous solliciter et nous apportons une réponse ! », ajoute le spécialiste de la filiale française. L’avantage lors de ce type d’événement, c’est que les produits sont sur place. « C’est plus simple d’expliquer quels sont les points forts de nos tracteurs et ce ne sont pas de simples arguments marketing. Nous pouvons démontrer ce que nous avançons. »

En soulevant le poids-lourd de la gamme, les petits frères ont prouvé leur capacité de relevage. (©Terre-net Média)

 

Pour conclure le show, Deutz-Fahr fait le spectacle en attelant son vaisseau amiral, le 9340 TTV, à deux plus petits modèles de la série 6. Là, l’idée est de mettre en avant la capacité de relevage des tracteurs, ainsi que leur niveau de précision. Pour y parvenir, ils attellent le plus gros d’entre eux pour le soulever. S’en est suivi l’inverse, avec les petits frères qui servent de support au 9340 TTV. En effet, celui-ci grimpe sur les roues avant des deux engins. Là encore, le constructeur met en avant l’agilité de ses machines et leurs capacités.

En 2022, le constructeur n’avait pas participé au Sima. Conforté par le succès rencontré par son roadshow, la marque a confirmé qu’elle ne retournerait pas à Villepinte. Exposer un tracteur dans un hall sur tapis rouge a peu d’intérêt car impossible de tester le matériel. D’ailleurs, nombreux sont les agriculteurs ayant souligné qu’auparavant, ils venaient à Paris pour voir des animaux au Sia, et prolongeaient leur séjour en visitant le Sima. Maintenant que les deux salons sont dissociés en termes de date, les paysans risquent de bouder la grande messe du machinisme agricole. « Je continuerai d’aller à Paris au Sia en février pour les animaux et profiter de la convivialité, mais pour voir du matériel, je privilégierai les foires locales ou ce genre d’événements. Inutile de descendre à Paris pour voir de la ferraille ! », rétorque l’un des participants.

Dans la peau d’un footballeur pour quelques minutes

Les producteurs ayant visité le stade se sont sentis un instant dans les baskets des joueurs de football lensois. (©Terre-net Média)

Après le repas, place à la visite des coulisses du stade. Démarrage par l’accès VIP direction le vestiaire des joueurs lensois, puis les escaliers qui mènent à la pelouse. Interdiction de mettre un pied dessus, celle-ci est bichonnée pour le match de samedi à Bollaert. « Grâce à cette visite, nous sommes entrés dans la peau d’un joueur pendant quelques minutes ! », commente un des exploitants. 

Les équipes techniques du stade sont aux petits soins pour la pelouse qui doit rester impeccable pour le match de samedi. Défense absolue de marcher dessus. (©Terre-net Média)

 

Deutz-Fahr renouvelle sa gamme élevage

Le constructeur Deutz-Fahr réaffirme sa volonté de proposer des modèles de tracteurs adaptés aux éleveurs. Il liste ses solutions dans un communiqué de presse.

« La transition Stage V et le renouvellement intégral de ses gammes élevage n’ont en aucun cas été synonyme de réduction des modèles et des plateformes chez Deutz-Fahr », affirme le constructeur. « De 50 à 180 chevaux, Deutz-Fahr s’adapte à tous les besoins en matière de châssis, transmissions, hydraulique… D’une transmission mécanique simple à une transmission tripleur en passant par de la Full-Powershift ou robotisée jusqu’à la variation continue dès 110 chevaux, rien ne manque à l’échiquier. »

Le constructeur liste ses multiples possibilités :

– Vous souhaitez une tracteur arceau à prix attractif ? La première solution basée sur un choix économique avec le série 4E Stage V vous permet d’accéder à un tracteur arceau simple d’utilisation.

– Vous souhaitez une cabine ? Le série 5D Keyline Stage V, positionnée sur la même logique que la série 4E, avec un rapport prix/produit agressif, vous permettra de rester au chaud ou au frais grâce à sa climatisation.

– Vous souhaitez un inverseur électrohydraulique ? Ça sera plus qu’un inverseur avec le série 5D GS Stage V (fonction Stop&Go, SenseCltutch et ConfortClutch).

– Vous souhaitez du 34 ou 38 pouces et plus de confort et de puissance ? Le série 5 Stage V est là pour ça : de 95 à 125 chevaux, son moteur FARMotion s’associe à des caractéristiques techniques de tracteur de plein champ.

– Vous souhaitez plus de puissance, de confort et de technologies ? La série 6C PS / 6C RVshift & 6C TTV Stage V a été développée pour cela. De 115 à 135 chevaux, le pont avant suspendu vous soutiendra tout au long de vos journées de travail.

– Vous souhaitez plus de capacités et de puissance ? La nouvelle série 6.4 RVshift ou TTV Stage V (6130.4, 6150.4) est désormais disponible.

Deutz-Fahr lance son DeutzFahrmerFestival 2023 avec 9 étapes

Le tractoriste vient d’annoncer la reconduction de son roadshow avec trois étapes supplémentaires cette année, soit neuf. L’occasion de découvrir les nouveautés de la marque et de se faire quelques frissons lors du show organisé à chaque étape.

 

Deutz-Fahr part à la rencontre des agriculteurs grâce à son roadshow baptisé le Deutz-FahrmerFestival 2023. La marque mise à nouveau sur son événement pour souligner son dynamisme ! 

Déjà 8 ans que le tractoriste sillonne les routes de France. Après des milliers de kilomètres parcourus et en raison du succès de l’édition passée, le constructeur a décidé de donner de l’ampleur à son roadshow avec neuf étapes (contre six précédemment) en France du 18 avril au 12 mai 2023. Quatre semaines intensives pour le convoi Deutz-Fahr, composé de 4 semi-remorques et plus de 5 camions, qui suivra l’événement afin d’offrir une expérience originale aux fans de machinisme.

80 % du réseau de concessionnaires mobilisé

Au programme : le lancement officiel de la dernière génération de tracteurs de la série 6.4 RVS/TTV composé de trois engins (6130.4, 6140.4, 6150.4). Ce sera une première pour les tracteurs sur le territoire français. Sans oublier la version Warrior JavaGreen, qui sera revêtue par le 8280TTV de la tournée. Les équipes de la filiale française Deutz-Fahr France seront sur place, ainsi que 80 % du réseau de concessionnaires, qui sera mobilisé pour l’occasion. Le maître mot de l’événement : proximité avec les agriculteurs durant ces journées et convivialité. 

Le rendez-vous est donné sur les étapes du tour de 11 à 16 h avec sur chaque étape :

  • Essais tracteurs
  • Test de traction
  • Test de consommation en partenariat avec les chambres d’agriculture
  • Animations (ball-trap, réalité virtuelle…)
  • Restauration gratuite
  • Show de la gamme Deutz-Fahr

A chaque étape, le show de la gamme Deutz-Fahr promet quelques frissons aux agriculteurs. Sans oublier la convivialité. (©Deutz-Fahr)

 

A souligner aussi la naissance de la mascotte « Deutzi », que les followers de la marque ont baptisé sur les réseaux sociaux, mais également le renouvellement du traditionnel show pour faire froid dans le dos des participants. Enfin, le distributeur France Pneus Sélection présentera sa gamme de pneumatiques chinois Maxam. Sans oublier les chargeurs frontaux Stoll, qui signent leur retour au sein du dispositif via différents ateliers.

La série 6 s’enrichit de 8 modèles

Deutz-Fahr étoffe sa série 6 grâce à huit modèles supplémentaires. Boîte Powershift classique ou RCShift entièrement automatisée, moteur 4 ou 6 cylindres, châssis courts, moyens ou longs, cabine MaxiVision à trois niveaux de finition… autant dire que le constructeur allemand attaque le segment de puissance avec une offre variable, capable de s’adapter au portefeuille de l’agriculteur.

 

Huit nouveaux modèles de tracteurs enrichissent la série 6. Chacun d’entre eux peut bénéficier d’une transmission Powershift ou de la version RCshift entièrement automatique et robotisée. Deutz-Fahr se positionne ainsi sur le marché des engins de 160 à 230 ch à boîte Powershift, soit 35 à 40 % du volume de ce segment en Europe.

Lieu de naissance : le Deutz-Fahr Land à Lauingen, en Allemagne. Les tracteurs offrent jusqu’à 8 % de couple en plus, des réservoirs de carburant plus grands, davantage de confort pour l’opérateur grâce aux options de la cabine MaxiVision et des coûts d’entretien réduits avec des intervalles de vidange d’huile moteur étendus à 1 000 h (ou 2 ans).

Parmi les nouveaux, deux modèles à 4 cylindres bénéficient d’un empattement court leur offrant une maniabilité intéressante et jusqu’à 171 ch de puissance. Sur les 6 cylindres, modèles à empattement moyen, 6160- 6190, offrent jusqu’à 192 ch. Enfin, les autres, 6210 et 6230 fournissent jusqu’à 230 ch.

Les moteurs Deutz TCD 6.1 connaissent des améliorations tangibles de leur courbe de couple et de flexibilité. Avec la quasi-totalité du couple maximal disponible dès 1 000 tr/min, le tracteur accomplit la plupart des tâches à bas régime. Combiné à l’une ou l’autre des deux boîtes, les économies de carburant devraient être significatives. 

Les transmissions Powershift offrent à l’opérateur 30 vitesses en marche avant et 15 en marche arrière. Le réducteur (en option) augmente le nombre de rapports disponibles à 54+ 27. A souligner aussi la fonction APS (Automatic Power Shift) disponible en option. Les transmissions RCshift sont entièrement automatiques. Avec cinq gammes robotisées et six rapports Powershift, elles assurent des passages de vitesse en douceur, de la plus petite à la plus grande. Elles permettent au tracteur d’atteindre les 40 km/h sur route à seulement 1 158 tr/min, ou 50 km/h à 1 447 tr/min. Toutes les vitesses peuvent être engagées sans actionner la pédale d’embrayage et, grâce à la fonction Stop&Go, la transmission peut être arrêtée et redémarrée sans appuyer sur la pédale d’embrayage.

La cabine MaxiVision existe dorénavant en trois variantes, de quoi offrir aux agriculteurs le niveau de confort et d’équipement pour lequel ils sont prêts à investir. En version MaxiVision, le modèle de base, offre 4 distributeurs arrière mécaniques et est disponible en combinaison avec la transmission Powershift ou RCshift. La finition MaxiVision+ possède la configuration mixte, développée avec deux distributeurs arrière mécaniques et deux électrohydrauliques. C’est un bon équilibre entre confort et simplicité. Elle aussi est disponible avec une transmission Powershift ou RCshift. Enfin, en catégorie MaxiVisionPro, l’opérateur bénéficie de distributeurs entièrement électriques et de l’iMonitor 12 pouces (en option) sur l’accoudoir MaxCom. Dans ce cas, des fonctionnalités supplémentaires, notamment l’Isobus et le guidage GPS Guidance. Ce niveau est accessible seulement avec la transmission RCshift.

Les tracteurs de polyculture-élevage passent au stage V

Deutz-Fahr a présenté le 17 novembre une partie des tracteurs qui seront à Agritechnica en février 2022. Parmi ces modèles, deux séries de tracteurs d’élevage : la série 4E et la série 5D keyline.

Deutz-Fahr complète sa gamme de machines stage V avec des modèles d’entrée de gamme économiques, les séries 4E et 5D keyline. Ce sont des tracteurs conçus pour les petites exploitations agricoles ; le travail quotidien à la ferme, la manutention légère ou encore le travail des espaces verts.

Les séries 4E et 5D disposent d’une puissance comprise entre 66 à 102 chevaux, avec un moteur FARMotion 3 cylindres. Elles sont équipées d’un système de recyclage des gaz d’échappement et fonctionnent sans AdBlue pour les puissances inférieures à 76 chevaux. Les modèles d’une puissance supérieure à 76 chevaux sont quant à eux équipés des systèmes SCR (Adblue), EGR, DOC, FAP.

Le 5D Keyline dispose d’un inverseur mécanique disposé à gauche, sur la colonne de direction. Deux versions sont disponibles : 15+15 ou 30+15 vitesses. En ce qui concerne le 4 E, il dispose également de deux transmissions : 12+3 en version 2 roues motrices ou 15+15 avec inverseur en 4 roues motrices.

Trois configurations de prise de force sont disponibles : 540/540 ECO et proportionnelle ou 540/540 ECO/1000.

Le code couleur des différents groupes de fonctions est conservé :

– orange : fonctions de transmission,

– vert : fonctions de relevage,

– bleu : fonctions hydrauliques.

Les modèles de la série 4E seront disponibles avec un arceau ou une casquette ; tandis que les modèles de la série 5D disposent d’une cabine sur silentblocs avec toit vitré ou fermé.

La série 7 tente une échappée sur le peloton des tracteurs haut de gamme

Deutz-Fahr fait évoluer sa gamme de tracteurs de la série 7 qui répond dorénavant aux exigences du Stage V. Look, confort, visibilité, connectivité, agilité… la marque installée à Lauingen en Allemagne affirme davantage encore son intention de faire partie du segment de tracteurs haut de gamme.

Deutz-Fahr renforce son équipe de tracteurs de la série 7 TTV grâce à deux pièces maîtresses, les 7250 TTV et 7250 TTV HD. Le constructeur annonce davantage de confort, de force de traction et d’efficacité. Sans oublier la dernière génération de sa transmission SDF TTV. L’engin se démarque par sa fiabilité et son coût d’utilisation moindre, du par exemple à l’intervalle de vidange d’huile moteur porté à 1 000 h et 2 000 pour celui de la transmission.

Sous le capot, le moteur Deutz TCD 6.1 fournit jusqu’à 247 ch et 1 072 Nm de couple. Il est conforme aux exigences de la norme d’émissions Stage V et, combiné à la boîte à variation continue, permet d’atteindre 60 km/h à seulement 1 800 tr/min (40 dès 1 200 tr/min). Les ingénieurs de Lauingen en profitent pour installer la fonction PowerZero et l’inverseur électrohydraulique. Leur objectif : permettre à l’utilisateur de gérer la fluidité du mouvement lors de l’inversion du sens de marche. Le PowerTrain garantit la robustesse grâce au flux de puissance mécanique élevé en conditions de travail extrême, tant à basse qu’à haute vitesse.

16 t de PTAC sur la série 7 HD

Les pneus arrière gagnent du diamètre et passent à 2,05 m. La charge utile aussi a été dopée pour atteindre 6,5 t. Résultat : le poids total autorisé en charge passe à 15,5 t, voire 16 t sur la version HD. Le pont avant conserve son dispositif de suspension intelligente et ses freins à disques secs, en vue de renforcer la sécurité routière. Grâce aux pneus avant de dimension 600/65R30 et à la configuration du pont avant, le rayon de braquage est de 2 m. 

Côté look, le capot est davantage fuselé. Grace à la cabine surélevée, la visibilité sur les outils attelés est plutôt bonne. Question capacité, le relevage avant soulève jusqu’à 5 450 kg, 10 t à l’arrière voire 11,1 t sur la série HD. La prise de force avant Dual Speed possède deux régimes : 1 000 et 1 000 Éco. Le régime Éco est également proposé sur la prise de force arrière, réduisant ainsi la consommation de carburant.

210 l/min de débit hydraulique et 90 l exportable

Le circuit hydraulique du tracteur débite jusqu’à 210 l/min grâce à sa pompe Load Sensing. Il est indépendant du circuit de lubrification de la transmission et permet trois débits distincts. À souligner que grâce au système CleanOil, l’engin est capable d’exporter jusqu’à 90 l.

Autre avantage : la prédisposition Tim (Tractor Implement Management) pour que l’équipement et le tracteur puisse communiquer dans les deux sens. Cela permet par exemple à l’outil de prendre la main sur le circuit hydraulique et la vitesse d’avancement, en vue d’accroître le débit de chantier et de limiter la fatigue de l’opérateur.

Freinage double ligne hydraulique et/ou pneumatique

En termes de freinage, l’agriculteur peut choisir le pneumatique, l’hydraulique ou les deux selon son parc remorqué. Grâce au Dual Mode, les nouvelles ou anciennes remorques peuvent être connectées. Le système de freinage pneumatique, quant à lui, est doté de la fonction Trailer Brake Management (aTBM) qui réduit la distance d’arrêt et améliore la stabilité lors du freinage. Le frein moteur est disponible ; il active le ventilateur E-visco pour renforcer la capacité de décélération.

Le guidage GPS bénéficie de la nouvelle antenne SR20 GNSS RTK et propose en outre la fonction Auto-Turn qui permet à l’engin de tourner automatiquement en bout de champ. Le terminal iMonitor3 pilote toutes les fonctions de la machine et peut afficher jusqu’à quatre écrans Isobus. Il est connecté à la plateforme d’échange de données Agrirouter et l’interface gagne en intuitivité. 

Les tracteurs Deutz-Fahr de la série 5 se conforment au Stage V

Deutz-Fahr fait évoluer ses tracteurs de la série 5 pour se conformer aux exigences de la norme Stage V, mais pas que. La marque en profite pour renforcer le niveau de confort et ainsi réduire la pénibilité du travail des éleveurs. Sans oublier la polyvalence de l’engin, essence même de la gamme.

Les tracteurs de la série 5 de Deutz-Fahr sont résolument des machines destinées à l’élevage. Le constructeur annonce ne pas s’être contenté de se conformer à la réglementation Stage V et en a profité pour améliorer les principales caractéristiques de sa machine.

Ainsi, la gamme compte cinq modèles, dont la puissance s’échelonne de 95 à 126 ch. L’éleveur a le choix parmi trois transmissions et peut en outre bénéficier de l’inverseur hydraulique et de la fonction Stop&Go.

Sous le capot, les nouveaux moteurs FarMotion 35 et 45 selon les modèles, développent davantage de couple et de puissance, et ce à faible régime pour limiter la consommation de carburant. Côté transmission, la fonction APS (Automatic PowerShift)enclenche automatiquement le rapport powershift le plus adapté à la situation. Si besoin, l’opérateur dispose d’un potentiomètre pour affiner le dispositif. 

Quatre régimes de prise de force proportionnelle à l’avancement

Quatre régimes de prise de force sont disponibles : 540, 540 Éco, 1 000 et 1 000 Éco. L’embrayage est un modèle multidisques à bain d’huile à commande électrohydraulique. La prise de force proportionnelle à l’avancement et son arbre de sortie indépendant outre la prise de force avant de 1 000 tr/min soulignent la polyvalence du tracteur.

L’angle de braquage du pont avant, la modulation d’intensité de l’inverseur, le système Stop&Go et la fonction de direction rapide SDD renforcent la maniabilité, même équipé du chargeur frontal. La marque offre un large choix de pneumatiques et de jantes : étroits, municipaux ou agraires… La plage de vitesse oscille entre 300 m/h grâce au super-réducteur et 40 km/h en pointe, vitesse maximale atteinte à un régime moteur économique pour limiter la consommation, les vibrations et le bruit en cabine lors des opérations de transport.

Relevage de 5,4 t à l’arrière et 2,1 t à l’avant 

Chaque travail peut être exécuté à l’enseigne de l’efficacité et de la sécurité. Outre l’efficacité de l’association du moteur FarMotion et de la transmission, l’hydraulique, le relevage et le système de freinage contribuent également à l’efficacité globale de la Série 5.

Le circuit hydraulique n’est pas en reste. La pompe fournit 90 l/min sur demande et alimente jusqu’à huit distributeurs arrières. La capacité du relevage arrière est de 5,4 t, 2,1 t à l’avant. Le frein de parking hydraulique HPB offre une puissance de freinage sans précédent, soit 250 % de plus que l’ancienne gamme. Sans compter que le tracteur perd moins de puissance et conserve ainsi 2 ch selon l’utilisation. 

Un tracteur connecté et géolocalisé

Enfin, question connectivité, le tracteur possède les mêmes caractéristiques que ses grands-frères. Il est relié directement à la ferme grâce au numérique et à la technologie SmartFarming Solutions. Le module CTM permet de connaître, en temps réel et depuis le bureau, les données de fonctionnement, la position, la consommation de carburant, la vitesse moyenne et les heures de service de l’engin. Idem si un code erreur ou une alarme retentissent.

Le confort n’a pas été délaissé : la cabine TopVision offre un environnement confortable et ergonomique. Les matériaux utilisés sont de qualité et l’opérateur bénéficie de toutes les fonctions à portée main. Sa structure à 4 montants rehausse la visibilité à 360°, tout comme les 12 phares de travail à Led qui éclairent les abords comme en plein jour. Sans oublier les phares de travail supplémentaires. 

Pas de salons internationaux pour SDF en 2021

Le groupe italien SDF, propriétaire des marques Deutz-Fahr, Same et Lamborghini, ne participera pas aux salons internationaux en 2021. Ni Eima, ni Agritechnica pour privilégier la sécurité et la santé de ses équipes.

Le groupe SDF, propriétaire des marques Deutz-Fahr, Same et Lamborghini, vient d’annoncer sa renonciation à participer aux salons internationaux en 2021. En cause : la pandémie mondiale de Covid-19, qui, outre l’absence de visibilité sur les mois à venir, ne permet pas de garantir la santé des visiteurs et des personnels du groupe. Un nouveau coup dur pour les organisateurs d’Agritechnica, après que John Deere avait déjà annoncé son retrait du salon. 

La décision a été prise après analyse de la situation pandémique en Europe, qui malgré les mesures de contrôle et la campagne de vaccination mondiale, ne donne aucune certitude sur l’avenir. Conformément au scénario actuel axé sur la sécurité, SDF a décidé de ne pas participer ni à l’Eima, ni à Agritechnica en 2021. 

Selon Massimiliano Tripodi, directeur marketing et communication : « La sécurité est notre priorité depuis le début et en conséquence, nous avons décidé de ne pas participer aux salons internationaux. Nous sommes confrontés à une nouvelle ère dans les relations commerciales où les nouvelles technologies nous donnent des opportunités de contact direct avec les clients dépassant les distances physiques. »

Les établissements Taveau en pleine croissance

Le concessionnaire Taveau poursuit son extension et vient d’ouvrir sa troisième base à Rosières-en-Santerre dans la Somme. Outre l’accroissement des ventes de matériel Deutz-Fahr, le site a pour mission de développer l’activité matériel spécifique à la culture des pommes de terre. De quoi écouler le matériel Dewulf, dont la société distribue les équipements.

 

Pas le temps de chômer dans les établissements Taveau ! Le concessionnaire, installé à Saint-André-Farivillers dans l’Oise, poursuit son expansion grâce à l’ouverture de sa troisième base à Rosières-en-Santerre (Somme). Depuis que les trois dirigeants, Hélène, Hugues et Henri, ont repris l’affaire, ils en sont à leur troisième base. Pour mémoire, en 2017, l’entreprise familiale avait créé le site de Pontpoint (Oise). Plus récemment,  en novembre 2020, le concessionnaire Deutz-Fahr a ouvert son site de Rosières-en-Santerre.

Sur place, trois personnes se répartissent le travail entre atelier, magasin et service commercial. En s’installant au cœur de la zone de production de pommes de terre du plateau picard, la marque s’attend a rapidement renforcer son équipe par deux recrues supplémentaires, des techniciens spécialisés dans le matériel de plantation et d’arrachage. À souligner que Taveau bénéficie entre autre de la carte Dewulf.

800 m² au service des agriculteurs

Côté équipements, le bâtiment de 800 m² est installé dans la zone industrielle sur une parcelle de 8 000 m². Objectif : vendre davantage de tracteurs, de moissonneuses-batteuses et de presses de la gamme Deutz-Fahr. Sans oublier le marché de la pulvérisation. 

Pour faire face à l’augmentation des ventes de la marque et pour répondre aux ambitions de l’entreprise, le troisième site a été ouvert. Il vise à développer de nouveaux marchés comme celui de la pomme de terre. D’où la reprise de Thierart Agri, une opportunité pour se lancer dans un premier temps sur le créneau du matériel de plantation et d’arrachage. 

Pour marquer le modernisme de la société, Taveau a ouvert sa page Facebook et devrait prochainement lancer la nouvelle version de son site internet. Sans oublier la plateforme accessible en extranet destinée à renforcer le lien entre la concession et les agriculteurs. Ceux-ci pourront par exemple y trouver leurs factures, les bons de livraison et les ordres de réparation.

5D TTV : la gamme passe-partout qui promet performance, confort et polyvalence

Deutz-Fahr démarre l’année en levant le voile sur sa gamme de tracteurs polyvalents nommée 5D TTV. Moteur 3 ou 4 cylindres, pompe Load Sensing, quatre roues freinées pour plus de sécurité, suspension de cabine, terminal iMonitor 3… les petits modèles n’ont visiblement plus rien à envier à leur grand frère et profitent des dernières innovations technologiques de la marque.

Deutz-Fahr dévoile sa gamme de tracteurs 5D TTV, le passe-partout de la marque. Les maîtres-mots de la conception de l’engin : performance, confort, sécurité et flexibilité. 

Sous le capot, les ingénieurs de la marque installent le moteur Farmotion à 3 ou 4 cylindres. Il est conforme aux exigences de la norme d’émission Stage 3B grâce à son catalyseur d’oxydation diesel (Doc) et sa vanne EGR. Pasd’AdBlue sur cette version, ce qui limite les interventions et donc, réhausse le confort de l’opérateur. 

Moteur Farmotion de 3 ou 4 cylindres, de 90, 100 et 110 ch

En termes de puissance, plusieurs possibilités : sur les 90 et 100 ch, l’agriculteur a le choix entre le 3 ou 4 cylindres. Par contre, sur le 5110.4 D TTV, pas le choix, c’est du quatre cylindres obligatoirement. Question transmission, la marque installe sa boîte à variation continue TTV, là-encore, pour relever le niveau de confort. Inutile de préciser que la souplesse des modèles hydrostatiques n’a rien à envier aux modèles mécaniques.

À pleine vitesse, le bolide atteint 40 km/h sans difficulté et ceci à seulement 1 730 tr/min de régime moteur. De quoi limiter la consommation de carburant de la machine. Point de vue prise de force, le tracteur bénéficie à l’arrière de trois régimes : 540, 540 Éco et 1 000 tr/min. L’opérateur a juste à changer l’embout interchangeable si besoin. L’engagement proportionnel électrohydraulique est installé de série et s’active depuis le bouton fixé sur l’accoudoir MaxCom. Sans oublier la commande installée sur les garde-boue qui permet d’enclencher ou de stopper la PDF depuis le sol. En option, l’agriculteur peut même bénéficier du fonctionnement synchronisé à la transmission.

Pompe hydraulique Load Sensing de 100 l/min

Côté relevage, celui-ci profite du contrôle électronique de position de série. Il comprend d’ailleurs la fonction d’amortissement des oscillations induites par un outil porté au transport. Sa capacité varie selon qu’il s’agisse de la version standard ou compacte : 4,3 t ou 2,8 t. Et pour ceux qui n’utilisent pas toujours le relevage, des bras inférieurs repliables existent, histoire de limiter l’encombrement quand ils ne servent pas. Enfin, le circuit hydraulique Load Sensing fournit jusqu’à 100 l/min d’huile et cela dès 1 850 tr/min de régime.

En termes de distributeurs, l’engin embarque de 8 à 10 voies à l’arrière, toujours dotées de retour libre et de réglage électronique du débit. L’opérateur peut gérer le débit de chaque ligne, voire même les temporiser. Deux ou quatre voies ventrales peuvent être installées et deux supplémentaires à l’avant. De série, la pompe additionnelle débite 42 l/min, de quoi alimenter en exclusivité la direction. Idéal pour que le tracteur reste maniable, même moteur au ralenti.

Un équipement digne des modèles haut de gamme

En cabine, le confort n’est pas en reste et atteint le niveau des tracteurs haut de gamme. La structure de la cabine compte quatre montants, de quoi améliorer la visibilité. La climatisation est installée de série tout comme la suspension de cabine à hydro-silentbloc et le siège à suspension pneumatique. En termes de filtration, le constructeur installe sa version de catégorie 4. Elle protège mieux l’opérateur notamment lorsqu’il pulvérise des produits phytosanitaires.

Le confort en cabine du 5D TTV n’a rien à envier à ses grands frères. (©Deutz-Fahr)

Question ergonomie, les commandes sont regroupées sur l’accoudoir MaxCom. Le joystick peut être programmé grâce à trois boutons « Jolly bouton » et la molette « JollyThumbwheel » ». Les leviers de type FingerTip pilotent le relevage et les distributeurs hydrauliques supplémentaires du bout des doigts.

Freinage sur les 4 roues pour plus de sécurité

Enfin, la sécurité. Le tracteur embarque des freins sur les quatre roues de série, ainsi qu’un frein de stationnement hydraulique (HPB). La fonction PowerZero permet à l’opérateur d’arrêter sa machine en sécurité, même lorsqu’il se situe dans des pentes raides, sans avoir à utiliser la pédale de frein. La gamme 5D TTV profite aussi des suspensions actives hautes performances à roues indépendantes. La technologie évite par exemple la plongée ou le roulis de l’équipement en transférant du poids vers l’avant.

Les férus de technologie ne seront pas déçus car le tracteur est compatible Isobus, de quoi piloter jusqu’à 200 sections indépendamment (en option). Pour cela, le terminal iMonitor 3 bénéficie d’un écran de 8 pouces ainsi que des dernières technologies, à l’image du Connected Farming System.